Fiche de Donner vie à des personnages

Donner vie à des personnages

Construire un personnage est plus facile qu’il n’y paraît ! Cependant, cela nécessite du travail, du temps et de la réflexion. Ces quelques conseils et astuces vous donneront des pistes pour vous aider à concevoir des personnages cohérents qui séduiront les lecteurs !


Sommaire

1. Faire croire à son personnage
2. La fiche de personnage
3. La psychologie du personnage
4. Faire évoluer son personnage
5. Soigner les personnages secondaires


1. Faire croire à son personnage

Toute histoire débute avec un personnage. Et, parce qu’un événement survient, il y a une histoire à raconter. L’intérêt du lecteur reposera en grande partie sur la sympathie ou la curiosité que suscitera ce personnage pour lui ; par des caractéristiques propres à toucher le lecteur, il est donc essentiel qu’il soit « réussi ».

Il y a deux grands écueils à éviter :

- Créer un personnage trop parfait, voire exceptionnel ! On parle de « Mary-Sue » pour désigner ce type de personnage magnifié. On ne lui connaît aucun défaut et il est aussi exceptionnel que son destin. L’auteur n’a pris aucune distance avec ce personnage auquel il souhaite s’identifier dans une version fantasmée de lui-même. Côté lecteur, le risque est de n’être ni touché, ni surpris par un tel personnage par manque d’identification. Pourquoi s'inquiéter pour quelqu’un qui semble posséder tous les atouts pour surmonter n’importe quelle difficulté ?

- Le penchant inverse, créer un personnage sans intérêt ! En revanche, on peut vouloir son personnage « normal » à condition de lui attribuer quelques traits de caractère originaux ou un passé susceptible d’intéresser le lecteur. De même, il peut avoir une vie tout à fait ordinaire… jusqu’à qu’il soit exposé à une situation extraordinaire qui le propulsera en dehors de sa routine.

À retenir


En créant votre personnage, opérez un dosage équilibré de caractéristiques aptes à intéresser ou à émouvoir le lecteur. Il faut parvenir à faire croire à son personnage.


2. La fiche de personnage

Lorsque vous créez un personnage, le risque est grand de se contredire au cours du roman. A-t-il les yeux bleus ou verts ? A-t-il des frères et sœurs ? Est-il plutôt avare ou plutôt généreux ? Une fiche de personnage est un outil indispensable. Elle vous permettra à la fois d’éviter ces contradictions, et donnera de la cohérence à votre personnage.

La fiche est un document propre à chaque personnage. Vous le décrivez et, de son passé à chaque trait de son caractère, vous y inscrivez toutes les informations qui le concernent.
Elle vous permet de mieux vous le représenter physiquement. En l’ayant minutieusement décrit pour vous-même avant de commencer l’écriture de votre roman, vous parviendrez plus aisément et plus naturellement à le décrire à vos lecteurs, à jouer sur telle ou telle caractéristique physique que désormais vous connaissez bien.

En écrivant le passé et le caractère de votre personnage, la fiche vous aide également à vous le représenter psychologiquement, à vous mettre à sa place pour imaginer ses réactions et surtout à éviter les incohérences. Si, pour des raisons d’intrigue, aux trois-quarts de votre livre, vous êtes tenté d’inventer pour votre personnage un passé de dix ans en ermite à l’autre bout du monde, comparez ce fait à ce que vous aviez imaginé de lui. Est-ce bien cohérent pour un médecin de campagne débonnaire ?

Ainsi, renseignez pour votre personnage des éléments factuels :
- prénom, nom de famille, deuxièmes prénoms, surnom (et la raison de ces surnoms),
- âge,
- métier (documentez-vous bien sur le métier ainsi choisi), études,
- adresse, lieux,
- ses « capacités », par exemple, dans le cadre d’un roman d’aventure, si le personnage est un érudit, s’il sait se battre, s’il a des pouvoirs, etc.
- pour le personnage principal, n’hésitez pas fournir des informations sur sa famille : sur ses parents (noms, métier, lieux…), ses frères et sœurs, ses enfants, ses oncles et tantes, amis d’enfance, cousins, neveux et nièces… Construisez un arbre généalogique si la famille est un élément important de l’intrigue.
Dans le cas d’un livre de fantasy ou de science-fiction, renseignez sa caste ou équivalent (elfe, robot…), son lieu d’origine si cela a du sens (contrée, planète...).

Décrivez-le :
- son physique, sa façon de s’habiller,
- sa stature, sa façon de bouger, ses tics…

Enfin, même si vous pensez avoir bien cela en tête, n’hésitez pas à rappeler le rôle de ce personnage et sa participation à l’intrigue. Est-ce le héros qui va libérer son peuple ? Le bras armé de l’adversaire qui va périr à tel moment de l’intrigue ?

Le saviez-vous ?


Vous manquez d’inspiration pour trouver les noms de vos personnages ? Il existe sur internet des générateurs de noms de personnages pour toutes les nationalités, même pour les livres de fantasy, d’histoire, de science-fiction…


3. La psychologie du personnage

En plus de vous donner un outil pour éviter les incohérences, écrire le passé de votre personnage est un bon exercice pour construire sa psychologie. Même si cela semble fastidieux, prenez le temps de rédiger de manière précise et construite ce qu’a vécu votre personnage avant l’intrigue en elle-même. Racontez son parcours, ses ambitions, ses joies, ses coups durs. N’hésitez pas à remonter bien avant l’intrigue, éventuellement dès la naissance. C’est justement ce passé qui va inscrire votre personnage dans l’histoire, et le rendre crédible.

Passer ainsi du temps avec votre personnage va vous permettre de le connaître sur le bout des doigts, de ne faire qu’un avec lui. Vous allez pouvoir véritablement vous glisser dans sa peau et lorsque vous passerez à l’écriture de votre roman, il vous sera plus aisé de deviner ses réactions et de les décrire.

Cet exercice peut également vous donner des idées quant à l’intrigue elle-même…

En parallèle, vous allez pouvoir définir le caractère de votre personnage. Certes, vous avez en tête les grandes lignes de son profil psychologique. N’hésitez pas cependant à le définir de manière concise, par exemple en écrivant une série d’adjectifs précisant ses qualités et défauts. Si certains se contredisent, retravaillez votre personnage. En effet, comment justifier qu’un personnage soit à la fois patient et brutal ? Le profil « double » peut être intéressant, mais il reste peu crédible et peu conseillé pour un personnage principal.

N’oubliez pas d’affecter votre personnage de désirs, de goûts, d’angoisses et… de secrets !

Le but est de donner de la dimension à votre personnage, de le rendre « vrai ». Pour autant, un personnage de roman représentera toujours un certain archétype. D’une part car il est difficile d’appréhender la psychologie d’une personne réelle dans sa totalité ; d’autre part car le lecteur aime « catégoriser », malgré tout, les personnages. Ainsi, le lecteur aura plaisir à retrouver un commissaire de police bourru, une jeune femme gaffeuse et pétillante, etc.


4. Faire évoluer son personnage

Votre personnage n’est pas figé. Le héros doit être confronté à des situations qui l’obligeront à relever des défis. On l’a dit, il est conseillé d’attribuer des défauts et des faiblesses à son personnage. Dans la même logique, au cours de l’histoire, faites-lui faire des erreurs. Un personnage confronté à des problèmes qui paraissent irrémédiables intéresse le lecteur ! Ces difficultés seront d’autant plus inévitables que le personnage aura déjà commis des erreurs auparavant. Et, paradoxalement, ce sont ces erreurs qui lui permettront de résoudre le problème.

Par ailleurs, ce que va vivre le personnage doit lui permettre de se dépasser. Le lecteur trouvera une réelle satisfaction à constater que l’histoire n’a pas été vaine : le personnage par cette expérience aura progressé dans sa connaissance de lui-même. Et peut-être le lecteur, à travers cette histoire, en aura fait de même.
Cet apprentissage du personnage peut être moral, tel un assassin repenti ou un policier désabusé qui finit par être satisfait d’agir à nouveau au nom de la morale. On retrouve alors, d’une certaine façon, le schéma de la morale de l’histoire, si chère aux contes d’enfants.


5. Soignez les personnages secondaires

Vous n’êtes pas tenu de donner la même profondeur aux personnages secondaires. Certains méritent tout de même que vous leur consacriez une fiche s’ils ont une incidence sur l’histoire. En revanche, d’autres personnages peuvent intervenir dans l’histoire sans qu’il soit nécessaire de concevoir leur passé et leur avenir. Le héros peut croiser un grand nombre de quidams qui ne réapparaîtront pas dans la suite du récit. Selon le genre de votre roman, vous pouvez alors leur attribuer de petites particularités qui vont les différencier les uns des autres.

Veillez à ce que tous ces personnages soient différents. Sinon, le lecteur pourrait être vite perdu, voire lassé. Tout comme un élément de décor ou un point de détail de l’histoire, les personnages peuvent être utilisés pour amuser, surprendre ou émouvoir le lecteur. Quand vous ajoutez ainsi un personnage dans votre récit, pensez au lecteur. D’une manière générale, vous substituer à lui est une bonne habitude à prendre pour évaluer votre écrit...


Prochain article : Évaluer son manuscrit


Crédits image : (c) Maxime Huriez

Vous souhaitez publier votre manuscrit ?
Vous souhaitez publier votre manuscrit ?

Découvrez des outils simples et des services personnalisés pour réaliser votre projet.

EN SAVOIR PLUS

Vous souhaitez publier votre manuscrit ?
Vous souhaitez publier votre manuscrit ?

Découvrez des outils simples et des services personnalisés pour réaliser votre projet.

EN SAVOIR PLUS