Fiche de Construire une intrigue

Construire une intrigue

Il est tentant à l’écriture d’un roman de se lancer immédiatement dans le premier chapitre. Mais l’écriture débute rarement par l’écriture elle-même : au contraire ! Commencez par construire votre intrigue et testez-la afin de donner une trame solide à ce que vous écrirez.


Sommaire

1. Travailler l’intrigue
2. De quoi est constituée une intrigue ?
3. Comment captiver le lecteur de la première à la dernière page
4. Construire et décortiquer
5. Savoir s'inspirer


1. Travailler l’intrigue

Ce jour-là, emporté par l’inspiration, vous vous êtes installé devant votre table de travail et avez commencé à écrire votre roman. Mais au bout de deux chapitres, peut-être trois, vous vous essoufflez, vous ne savez plus comment continuer car vous ignorez où vous allez. Vous sentez que les chemins de vos personnages deviennent de plus en plus diffus faute de les avoir parfaitement tracés à l’avance… c’est-à-dire d’avoir au préalable construit l’intrigue de votre roman.

L’intrigue est essentielle car elle dessine la trame de votre histoire. C’est elle qui captive le lecteur. Certes, un lecteur peut apprécier le style d’écriture ou le thème, mais la très grande majorité des lecteurs veulent avant tout lire une histoire. Interrogez-vous : pourquoi êtes-vous vous-même captivé par un livre ?

À retenir


Une bonne intrigue, solide, efficace, bien construite, est indispensable pour faire un bon livre. Un roman peut avoir d’autres qualités (une écriture agréable, être documenté, etc.), mais l’intrigue représente le point de départ. Si celle que vous aviez imaginée à grands traits ne fonctionne pas lorsque vous y réfléchissez plus attentivement, palliez ses défauts ou n’hésitez pas à repartir de zéro.


2. De quoi est constituée une intrigue ?

Schématiquement, on distingue trois grands moments dans une intrigue :
- le début, où l’on pose la situation et les personnages, et où intervient l’élément déclencheur – sans lequel il n’y aurait pas d’histoire ! –,
- le milieu, qui raconte comment le héros tente de résoudre le problème posé par l’élément déclencheur,
- la fin, où l’on retrouve d’une part le climax – le moment où la tension narrative est à son comble – et le dénouement.

Une autre manière de se représenter l’intrigue d’une histoire consiste à distinguer les différents éléments qui la constituent, les « forces » présentes :
- le destinateur : ce qui pousse le héros à agir en fonction d’un enjeu,
- le héros : celui qui agit et qui, par son action, fait avancer le récit en vue d’atteindre un objectif,
- l’objectif : le but du héros,
- l’antagoniste : qui fait obstacle au héros.
Le héros est aidé par un ou plusieurs adjuvants.

Au sein de cette intrigue principale, on trouve des intrigues secondaires. Les forces sont alors incarnées par d’autres personnages ou objets. Par exemple : suite à une attaque d’ennemis (déclencheur), le héros est conduit à prendre part au conflit et à s’investir pour sauver la vie d’innocents (enjeu). Pour cela, il doit détruire leur arme massive (objectif). Bien sûr, les ennemis en question (antagoniste) vont lui faire obstacle. Au cours du récit, un nouveau défi apparaît pour le héros : dépasser sa propre faiblesse (antagoniste) pour devenir assez puissant (objectif) afin de détruire l’arme de l’ennemi (enjeu), et de s’accomplir (enjeu inexprimé).

Travaillez l’intrigue de votre roman en retrouvant ces moments et ces concepts du schéma narratif. Ils constituent une bonne base pour « tester » votre intrigue.

À retenir


Le héros n’est pas nécessairement un super-héros. Il peut être parfaitement « commun » ou être incarné par plusieurs personnages à la fois (un duo de personnages par exemple) de même que l’élément antagoniste peut être un personnage, une situation ou une obligation morale.


3. Comment captiver le lecteur de la première à la dernière page

Le début : intéressez vos lecteurs

Le début du livre consiste à installer le lieu et le temps de votre récit, à présenter votre héros et à le soumettre à une épreuve. Et à intéresser le lecteur !

Votre personnage doit susciter de l’empathie, de la compassion ou de la connivence. Si vous le confrontez à un problème insurmontable, le lecteur s’intéressera au sort que vous lui réservez, particulièrement si ce personnage est ordinaire avec quelques faiblesses…

Le lecteur sera captivé si l’enjeu du défi est important : mettez en jeu la vie d’innocents, celle du héros lui-même… Amenez le lecteur à se sentir concerné en posant un enjeu moral. S’il s’agit d’une histoire de vengeance, l’enjeu pour le personnage ne sera pas de se venger, mais de dépasser cette soif vengeance qui le ronge et de redevenir humain.


Le milieu : soyez original !

Dans un roman, les situations de départ invoquent souvent des mêmes grands thèmes et des personnages plus ou moins archétypiques : le héros et les problèmes qui lui sont posés se ressemblent d’un livre à l’autre. C’est le milieu du roman, son cœur, qui vous permettra de vous distinguer.
Prenez le temps de réfléchir à ce qui fera l’originalité de votre histoire : le rythme ? la façon même dont le héros se débrouille ? le monde imaginaire dans lequel se déroule l’histoire ? Un héros évoluant dans un monde soumis à des règles fictives sera confronté à des défis inédits et inattendus pour le lecteur.

Vous devrez, au fur et à mesure du livre, placer votre héros devant des situations insolubles auxquelles il parviendra pourtant à trouver une solution. Mais le lecteur ne doit pas soupçonner cette solution : il doit être surpris en permanence !


La fin : surprenez vos lecteurs

La fin doit étonner le lecteur. Il faut le récompenser d’être arrivé jusque-là ! Donnez-lui des sueurs froides avec le climax, c’est-à-dire le moment précédant le dénouement où la tension dramatique monte d’un cran : le surgissement du grand ennemi, la fausse piste dans le roman policier, la découverte du secret de famille, etc.
Le lecteur ne doit pas s’attendre aux difficultés ultimes rencontrées par le héros car, plus que tout, le dénouement doit créer la surprise. Si le lecteur a deviné les conditions dans lesquelles le héros sera vaincu ou vaincra, ou que le coupable est le Colonel Moutarde, vous n’avez pas tout à fait réussi votre coup. L’auteur à succès Bernard Werber conseille ainsi de commencer par écrire la fin, pour mieux imaginer comment y arriver sans la dévoiler.

Conseil


Veillez à ce que le dénouement ne se suffise pas à lui-même, qu’il ait un sens et ouvre de nouveaux horizons. La psychologie du personnage doit avoir évolué et le lecteur doit avoir appris quelque chose…


4. Construire et décortiquer

Ces conseils s’appliquent dans une moindre mesure au format de la nouvelle, où l’intrigue est plus compacte. Ils sont en revanche indispensables pour les séries, les sagas, etc. On parle alors d’« arc narratif » : une trame narrative sous-tend l’ensemble des tomes ; chaque tome pouvant être consacré à une nouvelle intrigue mais permet de faire avancer l’histoire à l’échelle de la série.
Ainsi, on arrive à des constructions très complexes où il est important d’imbriquer les intrigues les unes dans les autres et de faire coïncider l’histoire de tel personnage avec celle de tel autre.

Dans tous les cas, construisez le plan de votre intrigue. Vous pouvez l’écrire ou le représenter de manière schématique. Ainsi J. K. Rowling, l’auteure de la saga Harry Potter, a divulgué sur internet un de ses brouillons : on y voit un tableau complet, séquencé par chapitre, personnage et sous-intrigue…


5. Savoir s'inspirer

La construction de votre intrigue ne se joue pas uniquement entre vous et votre plume ! Lisez des livres de référence du genre littéraire qui vous intéresse : science-fiction, policier, roman de littérature générale… Amusez-vous à décortiquer les intrigues et à déceler les ficelles tirées par l’auteur. Cela pourrait vous fournir de nouvelles pistes et vous donner des idées.

Enfin, le lecteur doit croire à cette intrigue. Elle peut se dérouler dans un monde totalement imaginaire, mais logique et crédible. Si l’action se situe dans le monde réel, documentez-vous sur le thème ou la période concernés. Les sources documentaires sont d’ailleurs un bon terrain pour l’imagination et peuvent inspirer de nouvelles situations et de nouveaux personnages. Car une bonne intrigue se construit avant tout autour de protagonistes efficaces…


Prochain article : Donner vie à ses personnages


(c) Crédit image : Maxime Huriez / SNCF

Vous souhaitez publier votre manuscrit ?
Vous souhaitez publier votre manuscrit ?

Découvrez des outils simples et des services personnalisés pour réaliser votre projet.

EN SAVOIR PLUS

Vous souhaitez publier votre manuscrit ?
Vous souhaitez publier votre manuscrit ?

Découvrez des outils simples et des services personnalisés pour réaliser votre projet.

EN SAVOIR PLUS